L’Alliance Mondiale des Terres Arides (GDA) a signé un accord de siège avec le Ministère des Affaires étrangères du Qatar, faisant de Doha le nouveau siège de l’alliance.

Le ministre d’État aux Affaires étrangères, S.E. Sultan bin Saad Al Muraikhi, a signé l’accord au nom de l’État du Qatar et le directeur exécutif de la GDA, l’ambassadeur Bader Al Dafa, a signé au nom de l’Alliance.

Cette initiative a été proposée par Son Altesse Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, l’Emir de l’Etat du Qatar lors d’un discours prononcé à la 68ème Assemblée Générale des Nations Unies en 2013. Doha a accueilli le 15 octobre 2017 la conférence de lancement de la GDA, au cours de laquelle 11 États membres ont signé la Convention d’Etablissement.  La GDA vise à soutenir les recherches et les innovations des Etats membres et à mettre en œuvre les résultats. L’alliance vise également à fournir les meilleures pratiques qui peuvent être partagées avec les pays des terres arides à travers le monde.

Après la signature, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lolwah Al Khater a déclaré que l’alliance de 11 Etats vise à assurer la sécurité alimentaire des pays arides, ce qui se traduit par une plus grande stabilité et paix dans le monde. La GDA vise également à coopérer avec des partenaires locaux, régionaux et internationaux pour trouver des solutions et les diffuser et les mettre en œuvre afin de faire face aux défis liés à l’agriculture, l’eau et l’énergie dans les pays arides, a ajouté le porte-parole.

Al Khater a déclaré que l’alliance vise à s’engager dans la recherche conjointe et l’innovation technologique pertinentes aux besoins des membres de l’alliance en matière d’agriculture, d’eau et d’énergie. La GDA s’intéresse également à coordonner avec le secteur privé pour mettre en œuvre et diffuser des solutions innovantes liées à la sécurité alimentaire, échanger les avantages des nouvelles innovations technologiques et de recherche avec les pays les moins développés des zones arides pour réduire la faim et la pauvreté, a ajouté le porte-parole.

Le porte-parole a ajouté que des terres seraient allouées pour mettre en place un stockage pour le bétail, une ferme et un laboratoire pour mener des recherches sur le désert et les zones arides.

L’ambassadeur Al Dafa a déclaré que l’alliance n’est pas une alternative pour les organisations qui travaillent dans ce domaine, mais qu’elle complète leurs efforts et travaillera en pleine coordination et consultation avec eux dans le domaine de la sécurité alimentaire des pays des terres arides.  Al Dafa a ajouté qu’il est urgent d’intensifier les efforts pour développer des programmes de sécurité alimentaire, sachant que la population mondiale augmente de 200.000 par jour, avec un fossé entre la consommation et l’investissement agricole, ainsi que les défis climatiques qui imposent une dure réalité sur les terres arides. Il a signalé que si les Etats membres de l’alliance coopéraient, les défis et les menaces pourraient s’amenuiser. Il a appelé le secteur privé à jouer son rôle dans les projets qui développent la sécurité alimentaire dans les Etats membres.